ARTICLE NR DU 27.12.11

Publié le par ccan

Indre

Déchets nucléaires : Indre Nature s'interroge

27/12/2011 05:39

Neuvy-Pailloux. Pour l'association de protection de la nature, l'enquête publique soulève de nombreuses questions, tant sur la forme que sur le fond.

  Le projet de stockage de déchets nucléaires sur le site de la 12 e Bsmat soulève l'inquiétude. - (Photo archives NR, Stéphane Gaillochon)
 

 


Pour nombre d'associations, de partis politiques et de citoyens, le projet de centre de stockage de déchets contenant des radionucléides sur le site de la 12 e Bsmat, à Neuvy-Pailloux, mérite d'importants éclaircissements. Indre Nature s'est jointe au scepticisme concernant l'innocuité supposée du projet. L'association a relevé plusieurs manquements dans le dossier d'enquête publique. « C'est un document conséquent de presque 400 pages, souligne Francis Lherpinière, d'Indre Nature. Je le trouve truffé d'anomalies et de contradictions. Il est noté, par exemple, que les doses seront infimes sauf qu'a priori, il y a des erreurs de décimales ; les documents sur le régime des vents - et donc la dispersion de la contamination - sont également un peu simplistes. »

'' Poser les bonnes questions ''

En outre, l'enquête publique, débutée le 3 décembre, s'achèvera le 5 janvier, soit en pleines fêtes de fin d'année, période peu propice à la mobilisation citoyenne. Indre Nature a donc adressé un courrier au commissaire enquêteur pour demander « de prolonger de quinze jours la clôture de l'enquête publique, ainsi que le prévoit l'article L123-7 du code de l'environnement », afin de disposer de plus de temps pour pouvoir « poser les bonnes questions ».
« Au regard des enjeux environnementaux induits par ce projet, l'exceptionnelle brièveté de l'enquête publique (un mois seulement, soit le minimum légal !) et le fait qu'elle se déroule en pleine période de fêtes et de congés de fin d'année constituent des incohérences flagrantes. Le choix de la période retenue pour informer et consulter le public ainsi que l'étonnante rapidité avec laquelle l'administration concernée souhaite voir aboutir ce dossier n'ont rien de rassurant, aussi bien pour les habitants des communes concernées que pour l'ensemble des citoyens du département. Ce sujet majeur pour la population actuelle et les générations futures exige un temps d'étude et de réflexion plus long que celui que prévoit l'actuelle enquête publique. »
Les résidants des communes sur lesquelles l'enquête publique est actuellement menée - Neuvy-Pailloux, Montierchaume, Sainte-Fauste et Thizay - ont également la possibilité d'effectuer, en leur nom, la même demande.

Thierry Roulliaud
Source : http://www.lanouvellerepublique.fr

Publié dans DANS LES MEDIAS

Commenter cet article